• Ziguinchor/UASZ/1ère École Thématique sur la Promotion de l’agriculture durable face aux changements climatiques : Pour favoriser les échanges sur les recherches et pratiques agricoles face à ce phénomène
  • Bignona : BBY affute ses armes pour la reconquête des bastions perdues
  • Ziguinchor : Coalition autour du « Maad de Casamance »
  • Ziguinchor/Classement des réceptifs hôteliers : Pour une conformité entre le service offert et les normes standardisées
  • Ziguinchor : YMCA évalue le projet AMPA Awagna

Ziguinchor : Le MAER magnifie le bon niveau de développement des cultures

Scoopsdeziguinchor.com : Une mission de la direction du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER) a sillonné en ce début de semaine les trois départements de la région de Ziguinchor. Il s’est agi pour cette équipe du MAER d’évaluer et de faire le suivi de la présente campagne agricole dans la partie su du pays ; et ce, notamment au niveau du Bandial, zone pilote dans le cadre de la politique de remembrement des vallées qui va favoriser la mécanisation de l’agriculture en Casamance

testimg1

A Bignona, 1ère étape de cette tournée régionale, la mission du MAER a, après avoir échangé avec les services techniques du département, visité la vallée de remembrement de 30 ha de Diagobel dans le Niamone. Un domaine rizicole qui est sous la conduite de l’ANCAR (Agence Nationale du Conseil Agricole) avec la diffusion sur place d’un Système de Riziculture Intensif (RSI). A Ziguinchor, outre la visite également des services techniques départementaux de l’agriculture, la mission du MAER s’est rendue au niveau de l’ISRA (Institut Sénégalais de Recherches Agricoles) où elle a échangé avec la direction sur les innovations technologiques que cet institut a introduit dans le système agricole. A Essyl dans le Bandial (commune d’Enampore), zone pilote dans le cadre du remembrement des vallées en Casamance, l’équipe du MAER accompagnée des responsables du Comité vallée du village d’Essyl, a pu constater de visu les 100 parcelles de 25 ha chacune remembrées dans le cadre de ce projet.

D’ailleurs interpellé sur place par rapport à l’intérêt du remembrement de leurs vallées, Paul Honore Basséne président du Comité Vallée d’Essyl estime que l’objectif est de rechercher une autosuffisance alimentaire en riz. « A un certain moment les producteurs se sont rendus compte que le fait d’utiliser de petites parcelles ne les arranger pas et qu’ils ne pourraient arriver à la mécanisation. On a donc jugé nécessaire d’opter pour le remembrement pour booster notre production » a-t-il souligné. Et le président du Comité vallée d’Essyl d’ajouter que l’intérêt avec la mécanisation aujourd’hui est d’utiliser moins de temps, moins de main d’œuvre, de faire le repiquage à temps pour arriver à la phase d’entretien. «  C’est donc le calendrier cultural qui va vite. Et si on a une bonne pluviométrie on a plus de rendement » martèle-t-il. Et avec le Système de Riziculture Intensif (SRI), Paul Honoré Basséne estime là également que cela leur permet de faire vite et mieux. « Et là on nous a conseillé de faire les pépinières à coté des parcelles, de repiquer un pied tous les 25 cm. Du coup, là on nous utilisait beaucoup plus de semences pour une parcelle de 0,25 ha (12 à 15 kilos de semences),  avec le SRI on a 3 kilos de semences pour une parcelle de 0,25 ha. Et auparavant on faisait de vastes étendues de pépinières et avec le SRI il suffit de quelques mètres carrés pour faire ses pépinières et en une seule demi-journée seulement en attendant le repiquage ». Dixit le président du Comité vallée d’Essyl.

Quant à Ibrahima Khalil Sabaly le chef d’équipe du MAER il est revenu sur le sens de cette mission qui les a tour à mené au niveau de Bignona, Ziguinchor et à Oussouye où la mission a visité un champ de mais à Loudia-Ouolof et où les producteurs ont déploré le retard des semences et souvent de mauvaise qualité. Et à l’en croire, cette tournée qui s’inscrit dans le cadre de missions de suivi de la campagne agricole 2019-2020 ; missions assignées à la Direction de l’Agriculture et l’Equipement rural  (DEA) qui a ainsi constitué, dit-il, des équipes qui vont sillonner le territoire national pour faire l’état des lieux de cette présente campagne agricole. Sur le niveau de développement des cultures ? Ibrahima Khalil Sabaly estime que  globalement le niveau végétatif des cultures est relativement bon dans la région. Quid du matériel agricole ? M Sabaly est d’avis que l’Etat a fait de gros efforts surtout en ce qui concerne le matériel attelé et les engins lourds tels que les tracteurs ainsi que pour le matériel léger avec les semoirs, les charrettes, etc. Quid également du plaidoyer des producteurs qui demandent à l’Etat de dégager les moyens conséquents pour le remembrement des vallées en Casamance ? La réponse, argue-t-il, est entrain d’être opérationnalisée par l’Etat avec le programme Plan national de développement de l’irrigation locale (PNDIL) mis en œuvre pour les cinq prochaines années, destiné à la Casamance et à la Zone Centre. Toute chose qui va, indique-t-il, accroitre les moyens techniques et financiers au niveau des bassins rizicoles et pour la culture du riz et contribuer, du coup, à l’autosuffisance en riz un des programmes majeurs du MAER.

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2019-10-04 16:18:35
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 481 à 483 sur 483
Premier Précédent

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)