• Ndongo Ndiaye Conseiller en Sport du Chef de l’Etat : « Il faut reprendre le travail à la base pour continuer à jouer les grands rôles en Basket en Afrique »
  • Ziguinchor/Lutte contre la criminalité : Le Haut Commandant de la Gendarmerie nationale Jean Baptiste Tine dope ses troupes
  • Non ! Ce sont plutôt les « notables » des autres Régions du Sénégal qui ont besoin d’être briefés par le GRPC.
  • Dépasser la rente démocratique ! Par Yoro Dia
  • Diouloulou : Les populations en colère contre les défaillances du réseau électrique

Thionck-Essyl/Journée de l’Excellence du Bulu-Ji : Croisade contre les grossesses précoces dans le Buluf

Scoopsdeziguinchor.com : Les grossesses précoces, phénomène récurrent dans le Buluf, était au cœur  des débats ce week-end à l’occasion de la célébration de la 9ème édition de la journée de l’Education et d’Excellence du Bulu-Ji. Et c’est donc face à la montée des périls par rapport à ce fléau qu’élèves et leaders d’opinion ont dénoncé la recrudescence de ce phénoméne dans le Buluf avant de proposer une batterie de mesures pour juguler  définitivement ce fléau 

testimg1

« Les grossesses précoces en milieu scolaire : quelle alternative pour endiguer le fléau ? » ! Tel était le thème de 9ème Edition de la journée de l’éducation et d’excellence du Bulu-Ji. Signe d’ailleurs de la recrudescence de ce phénomène dans le Buluf, déjà 11 filles de l’école Sekou Mbary Djiba de Thionck-Essyl dont les âges varient en 13 et 15 ans sont victimes de grossesses précoces renseigne la responsable de la SCOFI de Thionck-Essyl. Soda Sagna pour qui des sensibilisations sont menées à chaque début du mois au niveau local pour juguler le mal, plaide pour la vigilance des parents et pour leur implication des parents dans l’éducation sexuelle de leur progéniture. D’ailleurs pour le président du Bulu-Ji des jeunes du terroir sont aujourd’hui écroués à cause de ce phénomène qui a pris de l’ampleur dans le Buluf. C’est dire selon Bourama Diémé que ce thème va en droite ligne avec les objectifs que le Bulu-Ji s’est assigné. Et ce dernier de rappeler qu’une ambassadrice du Buluf avait même été élue lors des dernières  journées culturelles et sportives de développement pour la paix de du Bulu-Ji organisées à Thionck-Essyl ; et ce, dans le cadre de la sensibilisation par rapport au phénomène des grosses précoces. « Et c’est cette fille que le Bulu-Ji utilise dans le cadre des plaidoyers afin que ses sœurs puissent se consacrer totalement à leurs études » souligne-t-il. Bourama Diémé pour qui leur plan d’action consiste également à aller vers les établissements pour lancer ce plaidoyer dans le cadre de panels et d’autres niveaux d’intervention qui vont impliquer les familles. « Aujourd’hui autant les filles sont incriminées autant les garçons le sont également ; car à chaque fois qu’un cas de grossesse d’une fille de moins de 18 ans est signalé la gendarmerie sévit contre l’auteur qui est aussitôt déféré au parquet à Ziguinchor » a indiqué le président du Bulu-Ji. M. Diémé qui espère qu’avec de telles mesures combinées à ce que le Bulu-Ji a entrepris, ce phénomène sera jugulé dans le Buluf.

Et quid de la proposition du parrain général de cette journée de l’excellence le Pr Ansoumana Diatta pour éradiquer ce fléau ? Le technicien et enseignant également des sciences de la santé reconnait tout d’abord que celui-ci prend de plus de l’ampleur dans les établissements scolaires. « Aujourd’hui il faut que l’éducation et la santé se croisent pour voir comment prendre en charge cette question » souligne-t-il. Car reconnaitre les grossesses précoces revient, selon lui, à pointer du doigt les failles au niveau de l’éducation. Et une des solutions c’est d’abord, dit-il au niveau de l’éducation. « L’enseignant qui était hier un modèle a vu aujourd’hui ses devoirs s’effrités car aujourd’hui c’est l’enseignant qui va vers l’élève ou c’est l’élève qui a le courage d’aller voir son enseignant ; chose qui n’existait pas auparavant » s’insurge le Pr Diatta. L’universitaire qui plaide pour la remise en cause de tels comportements. Tout comme la tyrannie des réseaux sociaux qui concourent également, soutient-il, à accentuer tout cela. « C’est dire que ce sont les hommes qui doivent changer dans leurs attitudes pour une éducation de leurs enfants ». Dixit le Pr Ansoumana Diatta.

Actrice de développement, vice-présidente de l’Association des Parents d’Elèves du Lycée de Thionck-Essyl et responsable des femmes de Thionck-Essyl, Oumy Sagna a saisi l’opportunité de cette rencontre pour exprimer son cri de cœur par rapport au phénomène des grossesses précoces.

Ce phénomène aujourd’hui en vogue dans le milieu scolaire est toutefois dénoncé par certaines actrices de la communauté éducative. C'est le cas ici de la lauréate Mariama Mané élève en 1ère L2 au Lycée de Thionck-Essyl.

;

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2019-12-17 00:11:13
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 381
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)