• Ziguinchor/UASZ/1ère École Thématique sur la Promotion de l’agriculture durable face aux changements climatiques : Pour favoriser les échanges sur les recherches et pratiques agricoles face à ce phénomène
  • Bignona : BBY affute ses armes pour la reconquête des bastions perdues
  • Ziguinchor : Coalition autour du « Maad de Casamance »
  • Ziguinchor/Classement des réceptifs hôteliers : Pour une conformité entre le service offert et les normes standardisées
  • Ziguinchor : YMCA évalue le projet AMPA Awagna

Casamance/Inauguration du Pont Sénégambie : La renaissance de la Sénégambie des peuples

Scoopsdeziguinchor.com : Le président de la République de Gambie et son homologue sénégalais Macky Sall ont procédé le lundi 21 janvier 2019 à l’inauguration du Pont de Faréfégné, Senegambia Bridge, qui enjambe le fleuve Gambie. Une infrastructure réalisée par Arezki Group, qui a mobilisé des investissements de l’ordre de 50 milliards FCFA et qui constitue un facteur d’intégration des régions sud dans l’espace national mais également un véritable trait-d’ union entre les Etats de l’espace de la Sénégambie méridionale

testimg1

Finis les blocages, les pertes de temps et les tracasseries mouvementées au niveau de Bac de Faréfégné ; finies les longues files d’attente des camions sénégalais et Bissau-guinéens en transit à Faréfégné ou à Soma ; finies la corruption et la mobilité périlleuse sur la Transgambienne ! Le Pont de Faréfégné d’une longueur de 942 m, d’une largeur de 12 m et d’une hauteur de 17 m et qui enjambe le fleuve Gambie est fonctionnel. Les populations sénégalaises, du nord comme du sud, pourront dorénavant et librement circuler de jour comme de nuit via la Transgambienne. Un vœu pieux matérialisé par la réception effective et la mise en service du Pont de Faréfégné. Un ouvrage avec des standards de qualité qui répondent aux normes internationales en matière de trafic routier ; et ouvrage dont la concrétisation par une entreprise nationale, Arezki Group, relève de la volonté des présidents de la Gambie Adama Barrow et du Sénégal Macky Sall. Et c’est un peu plus de 4 ans après la signature de la convention pour la construction de ce pont, que cet ouvrage a finalement été réceptionné après moult péripéties liées à des soubresauts internes en Gambie et des tensions sociopolitiques entre le gouvernement sénégalais et le régime de Yahya Jammeh. Et c’est d’ailleurs avec le nouveau président Gambien Adama Barrow qui l’a auparavant accueilli au niveau de la localité frontalière de Keur Ayib que le président Macky Sall aura procédé à la réception du Pont de Faréfégné. Macky Sall et Adama Barrow deux présidents accueillis à Faréfégné et à Soma par une foule venue nombreuse immortaliser ce qui apparaissait depuis belle lurette comme un rêve ; à savoir la construction du Pont. Un ouvrage qui constitue, pour ces populations, une contribution à l'intégration régionale et qui va révolutionner le transport entre les régions du nord et sud du pays,  faciliter le déplacement des personnes et le trafic des marchandises au niveau national et sous-régional. Un acte de plus dans le cadre des actions de désenclavement initiées dans cette partie sud du pays.                                                                                                                                         

La cérémonie d’inauguration de cet important ouvrage co-présidée par le président Gambien Adama Barrow et son hôte de marque le président sénégalais Macky Sall a démarré par des prières des imams gambiens, de la famille Niassène de Kaolack et du clergé gambien. Des prières suivies d’une série de discours des bailleurs, partenaires et de ministres gambiens qui ont tous magnifié la réalisation de cet ouvrage qui ouvre des perspectives de développement sur le plan sous-régional ; et des allocutions ponctuées par les prestations des artistes sénégalais et gambiens en l’occurrence le groupe Touré Counda, Youssou Ndour et le Super Etoile et Jaliba Kouyaté et le Kumaré Band.   

                              Un Grand Jour pour la Sénégambie des peuples
 
Pour le président sénégalais Macky Sall ce 21 janvier 2019 est un jour historique dans les relations anciennes de parenté, d’amitié et bon voisinage entre les peuples gambiens et sénégalais. ; un grand jour également, poursuit-il, pour l’Afrique dans sa marche inexorable vers son unité. « Nous sommes réunis par l’histoire, unis par la géographie, le lien du sang et par un destin commun » a déclaré le président Macky Sall. Pour qui, cette infrastructure grandiose plus qu’un pont porte le symbole des liens de fraternité sénégambienne. Des liens qui font, dit-il, que chaque gambien est chez lui au Sénégal et chaque sénégalais est chez lui en Gambie. Car pour le Chef de l’Etat sénégalais, c’est aujourd’hui un vieux rêve des deux rives du fleuve qui vient d’être réalisé. « Et si nous sommes aujourd’hui en acteur et témoin de l’histoire c’est surtout grâce à une volonté politique solide affirmée et traduite dans les actes » a-t-il indiqué. Et pour ce faire, le président Sall a tenu a remercié le président gambien Adama Barrow pour son leadership et son engagement résolu sans lesquels ce majestueux pont ne pourrait voir le jour. Macky Sall qui a aussi associé dans ses remerciements la Banque Africaine de développement (BAD) pour son précieux soutien ; la BAD qui, plus qu’un partenaire au développement est devenu, selon le président sénégalais, un véritable allié des pays africains en les soutenant dans tous les domaines y compris dans les secteurs les plus difficiles comme les infrastructures. Il a salué par la même occasion les partenaires en particulier l’entreprise Arezki qui a eu le mérite, a-t-il dit, de terminer un chantier engagé par d’autres dans des circonstances particulièrement contraignantes mais qui leur a fait honneur en tant compagnie sénégambienne et africaine. 
 
                              La concrétisation d’un rêve de plusieurs générations
 
Toujours dans son intervention, le président sénégalais a estimé que cet ouvrage inauguré le lundi dernier est la concrétisation d’un vieux rêve des populations sénégalaises. « Toutes les grandes œuvres habitent d’abord les lieux du rêve et ce pont est l’un de ses rêves. Et nous pouvons être fiers d’avoir transformé en réalité ce rêve de plusieurs générations » a-t-il martelé. Et pour le président Macky Sall l’Afrique a besoin aujourd’hui de leaders politiques courageux qui travaillent pour réaliser le destin de son peuple et le destin de l’Afrique ; une vision qui passe selon lui par l’unité des Etats. « Ce pont sur le fleuve Gambie, en reliant ainsi les deux rives, facilite l’interconnexion des réseaux routiers de nos pays, réduit la durée des voyages, accroit les échanges commerciaux, renforce la cohésion entre les peuples et contribuent à l’intégration de la sous-région » affirme-t-il. Avant de poursuivre : « Nos deux Etats vont réaliser leur rêve commun et qu’ils vont relever les défis de la maintenance de la sécurité et de la sureté. Et cela incombe également Toute chose qui incombe également aux deux gouvernements, aux transporteurs et aux usagers des deux pays ».
 
                              L’unité avec la Gambie et non une ingérence en Gambie
 
Le chef de l’Etat sénégalais a en outre plaidé pour la rapidité et la fluidité du trafic au niveau de cet ouvrage qui appartient exclusivement au gouvernement et peuple gambiens. Une manière de faire une incursion sur les relations entre les deux pays caractérisé par le respect mutuel et la paix ; mais une manière également de clore le débat sur ses velléités d’ingérence dans les affaires gambiennes et qui remontent au coup de force de Yahya Jammeh. Car pour le président Macky Sall, il est de l’intérêt du Sénégal et de la Gambie de s’unir et de cheminer ensemble pour la défense des intérêts du peuple sénégambien. « C’est cela ma vision politique qui ne souffre d’aucune ambigüité ; et je n’ai aucune ambition sur la Gambie car ma vision politique c’est l’unité de l’Afrique, encore plus celle du Sénégal et de la Gambie » s’est-il voulu clair. Car pour le locataire de l’avenue Roume, c’est ensemble, la main dans la main, que gambiens et sénégalais continuerons leur marche résolue sur le chemin du progrès et du bien-être de nos peuples.         
 
                              Un exemple au reste de l'Afrique pour Adama Barrow
 
Adama Barrow s’est, quant lui, réjoui d’avoir participé à l’inauguration de cet ouvrage qui constitue selon lui une composante majeure du corridor Transgambien et qui va faciliter le commerce sous-régional. Un projet important qui met à terme, dit-il des siècles de difficultés avec notamment, sur le plan agricole, la fin du pourrissement des produits des deux pays du côté des deux rives. « Et cette cérémonie d’aujourd’hui qui est une réécriture de l’histoire marque la fin de ce calvaire. Car c’est la libre circulation des personnes et des biens qui est garantie à cause de ce pont qui va générer des revenus et assurer une sécurité aux voyageurs » soutient-il. Et pour le président gambien, le Sénégal et la Gambie ont démontré par cette réalisation leur engagement pour l’unité africaine. Et en faisant référence au Sénégal, le président Adama Barrow a magnifié l’appui de ce pays durant tout le processus de réalisation de cet ouvrage. « La relation entre nos deux pays est une volonté divine ; et ce que dieu a ficelé personne ne peut le défaire » a-t-il martelé à l’endroit du président Macky Sall. Et pour Adama Barrow, ce n’est ni la Gambie ni le Sénégal qui est honoré à travers la réalisation de cet ouvrage mais plutôt la Sénégambie. Et le président Barrow de renchérir en guise de rappel ! « Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est parce que vous avez un jour défendu le peuple gambien qui avait besoin de vous » a-t-il soutenu. Une manière pour lui de soutenir que la réalisation de ce pont est la résultante de l’engagement du président sénégalais pour restaurer en un moment donné la paix en Gambie. Suffisant pour le président gambien de proclamer la renaissance voir la marche de la Sénégambie des peuples et dont il convie les populations à prendre le train en marche. Et c’est d’ailleurs pour confirmer cette renaissance de la Sénégambie des peuples que le président gambien a décidé sur place de baptiser le Pont de Faréfégné « Pont Sénégambie ». Un pont qui traduit la vitalité entre les deux peuples et qui doit être, selon lui, le symbole de l’unité entre les deux pays. En outre Adama Barrow est d’avis que cet ouvrage a un double intérêt pour son pays. Il permet, selon lui, un gain de temps et garantit la navigabilité sur le fleuve Gambie mais il permet également, argue-t-il, de régler sur le plan sanitaire les évacuations des malades vers d’autres horizons. Car pour le président gambien, le bon voisinage doit exister entre les Etats africains. Et il est aujourd’hui heureux, se réjouit-il, que le Sénégal et la Gambie montrent l’exemple.
 
                              Arezki Group, un savoir-faire africain
 
La convention pour la construction du pont de Faréfégné sur la Transgambienne, une volonté politique des Etats gambiens et sénégalais, a été signée le 11 novembre 2014 à Banjul. Et ce, après plus de 40 ans de discussions entre la Gambie et le Sénégal. L’ouvrage qui est une contribution à l'intégration régionale d’un cout de 50 milliards de FCFA a été financé par la Banque Africaine de Développement (BAD). Et c’est seulement trois mois plus tard, c’est-à-dire en février 2015, que les travaux pour la construction du pont ont été lancés à Faréfégné par la Vice-présidente de la Gambie Aïssatou Ndiaye Seydi et le premier ministre sénégalais Boune Abdallah Dione ; et ce, en présence des autorités religieuses de la famille Niassène de Kaolack venues bénir ce projet d'envergure pour le développement de la sous-région. Mais prévus en mi 2015, les travaux assurés au départ par le Consortium Corsan-Coviam-Arezki et qui devaient durer 36 mois ont finalement commencé en 2017. Mais l’entreprise espagnole étant entrée en faillite c’est finalement le group Arezki qui va piloter les travaux de construction du pont de Faréfégné jusqu’à son terme. Un savoir-faire sénégalais et africain magnifié par les principaux intervenants. D’ailleurs pour le président sénégalais Macky Sall l’entreprise Arezki a eu le mérite de terminer ce chantier dans des circonstances particulièrement contraignantes ; une entreprise qui leur a fait honneur en tant compagnie sénégambienne et africaine et qui a su dans les délais requis livrer, poursuit-il, cette infrastructure. Un ouvrage réceptionné par les présidents sénégalais et gambien au niveau de la localité frontalière de Faréfégné située à 10 Km du poste frontalier de Keur Ayib. C’était lors d’une cérémonie rehaussée par la présence des autorités gouvernementales des deux Etats, des bailleurs et des partenaires au développement, des élus et des populations sénégambiennes.   
 
                              Pour les populations, c’est une nouvelle page de l’histoire qui s’ouvre
 
Nombreuses étaient les populations venues des trois régions de la Casamance naturelle pour immortaliser ce qui était jadis considéré comme un rêve ; à savoir la réalisation effective du Pont de Faréfégné qui enjambe le fleuve Gambie. La matérialisation d’un vœu pieux porté par tous les régimes qui se sont succédé au Sénégal. Mais une volonté manifeste longtemps contrecarrée par la fibre patriotique des autorités gambiennes qui ont toujours différé la réalisation d’un tel dessein. Mais ce lundi 21 février 2019 c’est toute une nouvelle  page de l’histoire du Sénégal en général et de la Casamance naturelle en particulier qui s’ouvre à travers la matérialisation de cette volonté politique des nouveaux régimes sénégalais et gambien. C’est dire que le désenclavement terrestre via la Transgambienne longtemps demeuré une vue de l’esprit, avec tant d’espoirs anéantis, est aujourd’hui devenu une réalité. Un désenclavement qui rime avec la fin de ce long calvaire des populations notamment celles de la partie sud du pays qui ont longtemps souffert des multiples désagréments occasionnés par la traversée du Bac de Faréfégné. Aujourd’hui avec la mise en service de ce pont qui contribue au désenclavement initiées dans cette partie sud du pays, les populations bénéficiaires pourront circuler librement le jour comme la nuit. D’où la forte effervescence notée à l’arrivée des deux chefs d’Etats au niveau du Pont de Faréfégné pour les besoins de l’inauguration comme à Soma après la cérémonie d’inauguration. Une foule nombreuse qui avait tenu à manifester son témoignage aux deux chefs d’Etats gambien et sénégalais à travers cette forte mobilisation des grands jours.  

Auteur: Tapha I. BADJI
Date de publication: 2019-01-27 21:14:16
Nombre de réactions:0

Réagir à cet article!
    rss Imprimer cet article Mail

Articles 1 à 10 sur 490
Suivant Dernier

Tous les commentaires
Copyright © 2012 scoopsdeziguinchor.com - Conception & design: Jean Ndiaga Bakhoum - (Digital Video Shop)